Thursday, November 27, 2014Cloudy -1°C
Arts

Ça l'art qu'on est en 2007

Posted by FX / January 3, 2007

anniepootoogook.jpg
Bon, la poussière commence à retomber sur un Temps des Fêtes qui, à défaut d'être enneigé, fût certainement arrosé. Après 48 heures de repos post-débauche nouvelanniene, ceux d'entre-vous qui ne doivent pas retourner illico au boulot ou à l'école sont en recherche d'activités mollo pour apprivoiser la nouvelle année. Quoi de plus relaxant et inspirant qu'une belle visite au musée, surtout lorsqu'une petite exposition aussi discrète qu'étonnante s'apprête à plier bagages d'ici quelques jours?

En novembre dernier, Jen me demande si je veux aller aux Sobey Awards. "Aux what Awards?" La Fondation Sobey pour les arts, nommé en l'honneur de la famille du même nom qui est propriétaire d'une petite épicierie de quartier près de chez vous, a lancé en 2002 un prix destiné à récompenser le travail d'un artiste canadien de moins de 40 ans. Le prix est rapidement devenu l'une des distinctions en art contemporain les plus prestigieuses au pays, un détail qui n'est sans doute pas étranger à la bourse de 50 000$ qui l'accompagne. D'abord octroyé sur une base biannuelle, le Prix artistique Sobey passera dès l'an prochain en mode annuel. Pour la première fois cette année, la cérémonie de dévoilement du récipiendaire était tenue à l'extérieur de la Nouvelle-Écosse, soit au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) où les oeuvres des cinq finalistes étaient présentée, du 17 octobre au 7 janvier.

Nonobstant l'argent, le prix est aussi reconnu pour le profil relevé de la compétition et la dernière édition ne faisait pas exception. Après Brian Jungen en 2002 et Jean-Pierre Gauthier en 2004, c'est l'artiste autochtone Annie Pootoogook (Prairie et Grand-Nord) qui a remporté les honneurs en 2006 avec ses dessins d'apparence naïve et lumineuse mais parfois chargés d'une trame narrative extrêmement noire et troublante. Dans la course, on retrouvait aussi les oeuvres géodocumentaires de Janice Kerbel (Ontario), les mashups picturaux de Steven Shearer (Côte Ouest), le conceptualisme furtif de BGL (Québec) et la tension hyperdramatique des toiles de Mathew Reichertz (Atlantique). L'ensemble des oeuvres est présenté jusqu'à dimanche prochain, au pavillon Jean-Noël Desmarais du Musée des beaux-arts de Montréal. L'entrée est libre donc vous n'avez pas d'excuse: allez vous balader au centre-ville et faites le plein d'art contemporain. Tant qu'à y être, vous pourrez aussi faire un saut au MACM où les expositions de Rodney Graham et Neo Rauch se terminent aussi au cours de la fin de semaine.

Discussion

2 Comments

http://www.yonginmh.co.kr / December 13, 2013 at 02:57 am
user-pic
I am truly hap?y to glance at this w?eb site post?
which consists of lots of useful fact?, thanks for providing such statistics.
Jacob / December 23, 2013 at 08:31 pm
user-pic
I question just how many people have studied your post and benefited from it?
Because I definitely have and so will the various relatives I have already recommended it to.
A must study for any who have not already read it.

Add a Comment

Other Cities: Toronto