Monday, September 16, 2019Light Snow -5°C
Arts

Parce qu'on ne rajeunit pas

Posted by Harold / December 30, 2009

20091230synecdoche.jpg
Photo : Synecdoche, New York

Ça y est, hier, j'ai eu vingt-deux ans. Dans deux jours, nous entamerons tous une nouvelle décennie. Dans deux ans, c'est la fin des temps. Le temps passe vite, très vite. Je me souviens clairement, il y a un an presque jour pour jour, d'avoir composé mon palmarès de poutine annuel. J'ai l'impression que c'était hier. Et merde, je vieilli.

MEILLEURS ALBUMS :

THE FLAMING LIPS - EMBRYONIC

De la folie épurée et une angoisse étourdissante portée par une force brute. Un catalyseur sans limites d'un amalgame d'émotions aux portes de l'inconscient.

PHOENIX - WOLFGANG AMADEUS PHOENIX

Une galette de tubes parfaits apparue sans avertissements. Les simples de l'été qui, en plus de nous faire chanter et danser, nous ont réconciliés avec toute une nation musicale.

PATRICK WATSON - WOODEN ARMS/MALAJUBE - LABYRINTHE

Ex aequo, l'incarnation parfaite de la qualité montréalaise, l'une en anglais et l'autre en français. Deux albums ambitieux, aboutis et extraordinaires qui concrétisent la suprématie locale.

MEILLEURS FILMS :

SYNECDOCHE, NEW YORK - CHARLIE KAUFMAN

Officiellement sortie fin 2008, la première realisation du scénariste de Being John Malkovich et deEternal Sunshine of the Spotless Mind. Un film génial dont les couches multiples nous font virevolter dans la folie de Kaufman. Dans un scénario excessivement atypique, Philip Seymour Hoffman est à la hauteur de son immense talent. À voir au moins trois fois.

500 DAYS OF SUMMER - MARC WEBB

Dans la lignée des derniers « feel good movies » de la Fox Serchlight (Juno, Little Miss Sunshine, etc.), 500 days of summer est une petite comédie amoureuse sans prétention qui laisse pourtant forte impression. Comédiens délectables, trame sonore d'enfer et réalisation inspirée, un film qu'on n'attendait pas du tout, mais qui demeure néanmoins l'un des plus agréables de l'année.

INGLORIOUS BASTERDS - QUANTIN TARANTINO

Après Kill Bill et Death Proof, le maître du néo-noir américain revient finalement avec un long-métrage digne du réalisateur. Une réécriture de l'histoire profondément originale soutenue par des comédiens aussi justes que la mise en scène et la réalisation. Un pur délice cinématographique aussi déjanté qu'amusant.

MEILLEUR SPECTACLE :

Le lancement d'album de Patrick Watson à la Tulipe. Moment de grâce d'une immense beauté. Je frissonne encore quand je repense à Machinery of the Heavens avec la neige qui tombait sur la scène...

Discussion

8 Comments

Jer / December 31, 2009 at 01:10 am
user-pic
Syndecdoche? Really? Hoffman was good, as was the rest of the cast, but the movie falls apart half way through. Well, technically, it probably fell apart before that I just didn't realize it until halfway through because I thought Kaufman was just doing his thing
Harold / December 31, 2009 at 01:16 pm
user-pic
Indépendamment de ses nombreux défauts, le film m'a émerveillé. Sa forte teneur onirique, ses côtés surréalistes et l'envergure du scénario en font, à mes yeux, une grande manifestation cinématographique. C'est mon avis!
kanchipuramsarees / January 24, 2019 at 02:07 am
user-pic
Nice post
kanchipuramsarees / January 24, 2019 at 02:07 am
user-pic
Nice post
golu dolls / January 24, 2019 at 02:07 am
user-pic
Nice post
herbal powder / January 24, 2019 at 02:07 am
user-pic
Nice post

Add a Comment

Other Cities: Toronto