Monday, September 23, 2019Light Snow -5°C
Film

Rien n'est jamais vraiment parfait

Posted by Harold / February 16, 2008

20080216_toutestparfait.jpg

Le premier film d'Yves Christian Fournier, Tout est parfait, d'un scénario de Guillaume Vigneault, animait déjà les conversations des semaines avant sa sortie. D'abord parce que le thème qu'il aborde, le suicide chez les jeunes, est extrêmement délicat, et que le long-métrage constitue le baptême cinématographique de deux figures qui n'auront aucune difficulté à se hisser dans le plus haut sommet des talents québécois.

Tout est parfait met en scène Josh (Maxime Dumontier, remarqué dans Gaz Bar Blues), un adolescent vivant dans une banlieue industrielle qui découvre un matin que ses quatre meilleurs amis se sont tous suicidés et qu'il a été exclu du pacte. Pris entre son difficile deuil et l'inquiétude des autres, sa vie perd tout son sens. Seuls deux personnes, Mia (Chloé Bourgeois, inconnue jusqu'à maintenant), l'ex-copine de l'un des défunts et Daniel (Normand D'amour), un des pères en deuil, parviendront à l'atteindre dans sa nouvelle rage de vivre.

L'auteur Guillaume Vigneault (Carnets de naufrage, Chercher le vent) signe ici son premier scénario. Si le passage d'un média à l'autre a tendance à s'effectuer difficilement la première fois, Vigneault étonne vraiment avec l'assurance de son écriture. Il a su merveilleusement bien capter la culture de la génération de ses personnages, de ses enjeux jusque dans sa musique, les faisant évoluer dans une langue qui n'a jamais été aussi proche de la réalité. Il parvient à laisser couler l'histoire par son propre souffle visuel sans aucuns excès littéraires.

Yves Christian Fournier a fait longtemps de la pub avant de s'engager au cinéma. Il y a bien eu un court, Sunk, mais l'occasion du long a tardé à se présenter. Toutefois, l'expérience acquise en télévision s'est transposée instantanément au cinéma. Le talent est palpable et sa représentation est merveilleuse. La forme est soignée et autosuffisante, se mariant naturellement au fond. Fournier a souvent cité avec raison Van Sant et Aronofsky dans ses influences directes, prouvant irrémédiablement qu'une nouvelle ère s'amorce au cinéma. L'ipperréalisme qui a imprégné la jeune génération de cinéastes a fait éclore de nouvelles perspectives et l'esthétique de Tout est parfait en est un bon exemple.

Si le film fonctionne, c'est en grande partie grâce à ses comédiens. La tristesse, mais aussi la rage et la mélancolie qu'engendre le deuil d'un suicide sont déjà des émotions difficiles à exprimer en temps normal. Le transposer à l'écran aurait pu s'avérer caractériel et grotesque, mais l'aisance et la subtilité du jeu de Chloé Bourgeois et, surtout, de Maxime Dumontier, vient chavirer tout doute. Le travail était lourd et difficile, mais il a été relevé avec brio.

Certains reprocheront peut-être au film son manque de position face à la réalité qu'il aborde et sa longueur cellulaire, mais l'absence totale de quelconque jugement et la délicatesse du traitement était immanquable à sa réussite et à son but. Tout est parfait n'est pas un film sur la mort, mais bien sur la vie. Un film qui tend à faire réfléchir sur le spleen de l'adolescence et le mal de vivre qu'il engendre. Car c'est à cet âge qu'on découvre que rien n'est jamais vraiment parfait.

* * * *

Photo: Maxime Dumontier et Chloé Bourgeois dans une scène du film. Tirée de Vivafilm.

Discussion

8 Comments

jlbc / February 17, 2008 at 09:21 am
user-pic
j'attendais ce film avec impatience comme beaucoup de gens. je suis contente que le cinéma québécois commence à s'agrandir et à trouver le grand public autrement qu'en revisitant nos classiques du terroir ou en ressuscitant une énième fois elvis gratton. bref, c'est un sujet sensible et c'est tellement beau. maxime dumontier m'a éblouit. il y a le +16 qui me dérange quelque peu. tout n'est pas parfait...

Harold / February 17, 2008 at 12:59 pm
user-pic
Tu as entièrement raison. Paradoxalement à la poussée scénaristique du cinéma québécois, on dirait qu'on assiste progressivement à un retour en arrière en matière de censure. Je n'ai pas encore vu Borderline, mais il a lui aussi été côté 16+. Quoi qu'il en soit, ce sont deux films qui dépeignent une réalité extrêmement concrète. On pourrait penser que le mode de vie des jeunes générations dérange... Pour ce qui est de Tout est parfait, les quelques scènes de violence, traitée avec un respect admirable, ne justifient en aucun point la côte d'âge. C'est dommage parce qu'il aurait probablement eu un impact positif chez les jeunes et leur perception de la vie...
golu dolls / February 20, 2019 at 09:13 pm
user-pic
nice post
kanchipuram sarees / February 20, 2019 at 09:13 pm
user-pic
nice post
kanchipuram sarees / February 20, 2019 at 09:14 pm
user-pic
nice post
herbal powder / February 20, 2019 at 09:14 pm
user-pic
nice post

Add a Comment

Other Cities: Toronto