Wednesday, January 29, 2020Light Snow -5°C
Music

Nashville Pussy + Priestess / À tombeau ouvert

Posted by Evelyne / September 26, 2006

ruyter%2520tits.jpg

Priestess ne chôment pas. Constamment sur la route, ils ont parcouru l’Amérique du Nord en compagnie de Motörhead, Dinosaur Jr. et GWAR, entre autres. Nashville Pussy met le grappin dessus à son tour jusqu’au début novembre, non-stop. Les deux groupes n’auront que trois jours de congé d’ici là, et étaient de passage aux Saints vendredi.

Bourreaux de tournée, ni l’un ni l’autre n’a pourtant montré de signe de fatigue. Nashville Pussy, dans la plus pure tradition d’Escobar, a manifestement un allié du côté de la Colombie – et bien qu’il n’ait rien de bénéfique sur leur santé à long terme, le narcotique éphémère leur sert le temps d’une prestation.

Priestess, pour sa part, a simplement suivi un code d’honneur qui m’avait déjà été confié par Dan Watchorn (guitariste, qui joue aussi des cordes vocales sur l’excellente pièce Two Kids, jouée en milieu de set), et que je cite de mémoire: « We made sort of a pact. Every show, we have to give all of what we’ve got. Sometimes it’s less than others… », mais pour les avoir vus presqu’une demi-douzaine de fois, je peux affirmer qu’ils honorent leur parole.

mike-and-mikey.jpg
Mikey et Mike, sur le site web du groupe

Mikey Heppner se laisse de plus en plus de place à la guitare, et sa présence sur scène est indéniablement forte. Les solos accentuent encore davantage les prestations du groupe, rallongeant souvent les compositions de plusieurs minutes avant de conclure en lion : Vince Nudo à la batterie, fidèle à son habitude, a d’ailleurs montré ses talents dans un solo imbriqué. On a également eu droit à deux inédites, qui laissent de côté la structure quasi pop-rock (galvanisée de guitares bien entendu) de certaines chansons d’Hello Master. Une tonne de briques donc bien cimentée, backée par le headbanging de Dan et de Mike Dyball à la basse.

Après Priestess, la foule était doublement anxieuse de voir arriver les libineux texans. Encore vierge de leur rawk solide, j’avais, en guise de préparation, que quelques oui-dires pour paver le terrain. Terrain que Nashville Pussy a parcouru sans préliminaires, avec des pit stop éclairs entre chaque chanson : « WHADDAYA WANNA HEAR?? ». Ruyter Suys, guitar héroïne tout aussi amazone que la nouvelle bassiste Karen « Cuda » Exley (qui elle prend la place laissée par KatieLynn Campbell maintenant aux côtés d'Ian Blurton avec C'mon), est à la hauteur de sa réputation. Sex tigresse grimaçante, totalement convaincante, elle joue avec une détermination farouche et un, um, doigté assuré.

blaine.jpg

Le set a en effet été ni moins qu’une montée constante, genre d’antéchrisme tantrique qui aurait pu être comparé à une baise compulsive dans un lieu public. Le set s’est terminé avec You Shook Me All Night Long d'AC/DC, où Heppner a regagné la scène pour partager le micro avec Blaine Cartwright. « This is fuckin' AWESOME! »


Discussion

0 Comments

Commenting has been disabled on this post.
Other Cities: Toronto