Tuesday, September 17, 2019Light Snow -5°C
Music

Angie Reed : Dorothée en boisson

Posted by MP / November 13, 2006

angie_pastilles.jpg

«Ain't nothing wrong with your ding-dong / So don't think this is a sad song / ... / Gonna hustle a hustler, like a hurricane». Voilà l'ouverture du bal psychotronique qu'est XYZ Frequency, dernier album d'Angie Reed. Depuis son premier album, Angie raconte les histoires des multiples personnalités imaginées qui habitent sa complexe personne. Que ce soit Barbara Brockhaus, la secrétaire qui joue la nouille pour pouvoir faire chier le patron, ou un mafioso au costume de satin rose qui sait répliquer avec le plomb de son fusil, Angie est une italo-disco-gigolo-ghetto-country-electro lady marmelade de l'espace. Angie a de la classe tout en titubant, cognac à la main, écarlate aux lèvres.

Malheureusement mal connue par les montréalais, beaucoup d'entre nous auraient avantage à découvrir cette ancienne bassiste de Stereo Total, qui a collaboré avec Chilly Gonzales, Patric Catani (EC8OR), les Puppetmastaz et beaucoup d'autres. Sous la chic étiquette cut and paste Chicks On Speed, sont parus ses deux disques tirant de tous les côtés d'une couverte quasi-pop. Naviguant entre le hip-hop électro et le country, le rock sale et la comédie musicale, les années 80 et 2060, Angie Reed exulte une créativité intense sur un ton presque nonchalant.

angie_paris.jpg

Samedi soir, dans la grotte zoophile, elle performait sur scène, metal flake doré aux pieds, telle une Dorothée saoule prête à nous emmener sur la route vidéographique de ses alter ego et comme vers Oz, pour chaque chanson apparaît un nouveau personnage tiré de son voyage astral qu'est XYZ Frequency.

Le concept de l'album est très simple...hum.... Angie s'électrocute en touchant à une de ses machines musicales, oscille entre la vie et la mort quelques instants, revient sur terre, et est maintenant interpellée par des ondes fantômatiques qui la font voyager à travers le temps, en incarnant et nous racontant l'existence d'êtres douteux et ludiques, le temps d'une pièce.

angie_german_punk.jpg

Lors de son passage montréalais, elle nous présentait la version raccourcie de son spectacle néo-vaudevillesque, car elle en détient une aussi de 70 minutes, qu'elle présente dans des contextes moins arrosés. Animation ou montage vidéo, conçu par la dame Reed en personne, accompagne chaque pièce. Angie parle et interagit avec chaque projection, comme la fille qui a un peu trop bu et qui parle au mur. Comparable à une version nasillarde de Cher dans Moonstruck, tant pour son accent que pour ses cheveux, Angie est totalement charmante. Dommage que trop peu d'entre nous aient été présent pour succomber à son charme.

angie_nun.jpg

Add a Comment

Other Cities: Toronto