Wednesday, September 18, 2019Light Snow -5°C
Music

En voir de toutes les couleurs

Posted by Harold / June 4, 2008

040608_dallasgreen.jpg
Après un dernier passage qui remontait à tellement loin il me semble (en 2004 avec Dashboard Confessional au quai Jacques-Cartier), Dallas Green, guitariste et chanteur d’Alexisonfire, s’amenait au Théâtre St-Denis avec sa deuxième vie musicale, City & Colour. Les fans, dont je fais indéniablement parti, avaient hâte. Ils ont été gâtés.

Wade Macneil, l’autre chanteur et guitariste d’Alexisonfire, accompagné d’un quelconque pianiste, assurait l’ouverture du spectacle en présentant lui aussi son projet solo parallèle, Black Lungs. Très honnêtement, il n’y a pas grand-chose de positif à aller chercher dans sa musique. Sa voix rude et punk s’adapte très mal à sa démarche folk, visiblement en manque d’inspiration.

Des accords trop utilisés et une musique nerveuse qui colle mal aux paroles pseudo contestatrices. La seule pièce moins faible a été la dernière, interprétée avec les membres du deuxième groupe à performer, Sleepercar. La voix de Wade paraissait alors beaucoup mieux servie par une harmonie rock. Il devrait peut-être s’en tenir à son premier groupe.

Le temps d’enlever les instruments, les Texans de Sleepercar s’amenaient en renfort avec un country folk surprenant. Quoique vraisemblablement mal adaptée à un public à des lieux de leur état natif, ils ont livré une performance correcte et sans prétention. Or, une musique qui ne s’inscrira pas dans les anales, Montréalaises du moins. De bons musiciens loin de la maison.

City & Colour est une démarche solo entreprise en 2002 par Dallas Green, originaire de l’Ontario, alors qu’il connaissait déjà un certain succès avec Alexisonfire. Aujourd’hui, après deux albums studios et un coffret CD/DVD live, City & Colour n’est pas très loin, à mon avis, de ce qui se fait de mieux dans le folk acoustique canadien.

C’est donc sans grande surprise que Dallas s’est finalement présenté devant une salle comble bien heureuse de le retrouver enfin. Accompagné de trois autres musiciens, il a entamé la prestation avec Forgive Me, première chanson de dernier album s’intitulant Bring Me Your Love, paru il y a quelque mois déjà. Un éclairage multicolore a baigné la scène et la salle tout le spectacle, révélant des arrangements électriques originaux pour des pièces acoustiques antérieures.

En fait, la plupart des vieilles chansons, probablement pour justifier la présence des autres musiciens, étaient sensiblement différentes. Ça ne biaisait par contre aucunement le plaisir et la qualité des pièces, donnant même l’envie d’un second album live. Le choix des chansons était très bien, proposant plusieurs pièces du premier album, Sometimes. La meilleure chanson du spectacle, Day Old Hates, en est d’ailleurs issue et en a fait trembler plus d’un. Bref, un rendez-vous longtemps attendu qui s’est révélé d’une grande jouissance. On a déjà hâte de le revoir.

Add a Comment

Other Cities: Toronto