Wednesday, January 29, 2020Light Snow -5°C
Music

Décris-moi ton Osheaga et je te dirai qui tu es

Posted by Harold / August 5, 2008

20080805_osheaga.JPG
Compte tenu de la disposition des scènes et de la juxtaposition des prestations, être à Osheaga constitue une activité particulièrement physique en soi. Comme j’en glissais un mot dans ma dernière publication, rien manquer l’été à Montréal requiert plusieurs doubles de sa personne. Le plus en plus populaire festival de musique indie du parc Jean-Drapeau n’y échappe malheureusement pas. Voici mon douloureux pèlerinage de la soirée de lundi :

Duffy - Scène de la rivière

Mon Dieu qu’elle semblait petite dans cette énormité de scène principale. Je ne la connaissais pas, mais la toujours très pertinente Alexandra Diaz m’avait convaincu d’aller la voir il y a 20 minutes à peine, pendant que je mangeais mon spaghetti confortablement assis dans mon appartement à l’autre bout de la ville. Une voix tout en contraste, au timbre aigu, mais puissant. Du soul inconstatable, rappelant cette sale Amy Whitehouse, et une présence un peu discrète, mais portant bien sa musique entrainante.

Broken Social Scene - Scène de la montagne

Quel coït sensoriel et sonore qu’a été d’assister à cette colorée prestation. Marquée par le surplombement d’un arc-en-ciel silencieux, l’entrée de l’orchestre et de ses douze musiciens s’est faite dans une célébration ésotérique réconfortante. « The rainbow is in our soul, the rainbow is in our sour » scandait à répétition l’un des chanteurs – il faut voir tous les membres s’échanger les rôles et les instruments, tout le monde touche presque à tout – pendant que les autres musiciens improvisaient joyeusement. On se laisse glisser sur le spleen mélancolique éclaté de leurs arrangements musicaux. Il fallait aussi voir l’aura bienveillante de Brendan Canning, bassiste, guitariste, chanteur et cofondateur du groupe.

CSS - Scène MEG

Le soleil se couche, mais l’odeur de marijuana persiste. Ça m’amène maintenant dans la boueuse zone de la scène MEG où la folie brésilienne de CSS déferlera après un tumultueux retard de 30 minutes – ça avait l’air VRAIMENT compliqué d’installer les instruments – mais ça en valait la chandelle. La chanteuse Lovefoxxx, Luísa Hanaê Matsushita de son vrai nom, mi-allemande et mi-japonaise, est arrivée sur scène avec un costume complètement excentrique qui dicta le précède de la prestation. Surtout que, au fil des chansons électro pop, elle en enlevait des couches pour révéler une combinaison de spantex toujours plus fleurie. CSS est un genre de Rita Mitsouko contemporain, la santé mentale encore plus affectée.

Radio Radio - Scène des arbres

Radio Radio est un phénomène rap acadien qui a déferlé sur le Québec il y a quelque mois. Équipé d’un dialecte impossible qui vaut 1000 pisasses et d’un flow homogène qui fait indéniablement sourire, ces quatre gars hétéroclites ont offert une prestation du tonnerre. Absolument tout le monde a embarqué dans leur délire. « Enlève ta chemise bitch t’es cliché hot! » Wow.

Jack Johnson - Scène de la rivière

Tiens cette scène toujours aussi énorme grouille maintenant d’activité. Des cadres gigantesques accrochés à l’arrière projettent des images agrandies du spectacle pour les quelque 15 mille personnes qui voudrait voir la petite gueule de Jack Johnson leur chanter la poire. Même si je ne suis pas nécessairement fan, je ne pouvais être à Osheaga sans jeter un coup d’œil à la première performance du surfer Hawaiien à Montréal. Sa musique « sentez-vous bien », même manquant un peu de substance, a séduite tout le monde. Les fans étaient visiblement heureux d’enfin pouvoir crier les refrains de leurs chansons préférées avec leur idole. C’est un bon Jack.

Bonjour Brumaire - Scène des arbres

Comme j’avais manqué leur prestation aux Francofolies, influencé par des amis ne voulant pas mon bien en préférant voir le rappeur Imposs, j’ai pu me reprendre et voir enfin cet excellent groupe local. Dommage pour eux, ils s’offraient en même temps que Chromeo et monsieur Johnson. « Merci à ceux qui sont venus! Même moi j’aurais bien voulu voir Chromeo! », a lancé Youri Zaragoza, leader français du groupe multiculturel. La grande force de Bonjour Brumaire est une grande simplicité harmonieuse jointe à un lyrisme envoutant. Des textes vivants portés par des musiciens inspirés.

Discussion

9 Comments

Nadia / August 9, 2008 at 09:27 pm
user-pic
Euh le nom du chanteur de Bonjour Brumaire est Youri Zaragoza :)
Harold / August 10, 2008 at 04:04 pm
user-pic
Oups! L'initié que j'étais devant ce groupe s'est malencontreusement trompé!
www.midnightpoutine.ca / June 22, 2011 at 10:44 am
user-pic
Decris moi_ton_osheaga_et_je_te_dirai_qui_tu_es.. Nice :)
golu dolls / February 10, 2019 at 10:21 pm
user-pic
nice post
kanchipuram sarees / February 10, 2019 at 10:22 pm
user-pic
nice post
kanchipuram sarees / February 10, 2019 at 10:22 pm
user-pic
nice post
herbal powder / February 10, 2019 at 10:22 pm
user-pic
nice post

Add a Comment

Other Cities: Toronto