Wednesday, September 18, 2019Light Snow -5°C
City, Music

POP 09 : Des légendes, des vieux de la vieille et de la visite rare

Posted by Phil / September 29, 2009

Diamanda GalasAvec ses quatre cents et quelques groupes invités, sans compter Film Pop, Art Pop, Puces Pop, Symposium, une partie de hockey qui fait pop et un theremin géant, se perdre dans la programmation de Pop Montréal, huitième édition, s'avère plus facile que coudre un bouton à quatre trous. En plus d'encourager l'effervescence de la scène locale, tout en promouvant les idoles de demain, le festival de musique et beaucoup plus se donne continuellement le mandat de présenter la crème de la crème de l'avant-garde musicale. L'autrefois petit festival, qui se confirme plus que jamais comme l'un des plus importants en Amérique, sinon de la planète, réussit haut la main à présenter, année après année, une programmation des plus des éclectiques.

Encore une fois cette année, Pop Montréal, qui, même après huit ans, a su conserver ce petit côté brouillon si charmant, ramène des artistes qui se sont forgé une réputation enviable et dont les visites ne s'apprécient que trop rarement.

Avec l'édition 2009, le festivalier qui se respecte pourra choisir dans une palette de grandes légendes incontournables. Dès jeudi, Butthole Surfers, l'incomparable groupe de l'alternative musicale, un des rares à avoir inséré dans sa musique des sons de défécation, se produira à l'Olympia. Les cœurs tendres qui préfèrent les ritournelles pourront se rabattre sur le géniteur de Rufus et Martha. M. Loudon Wainwright III, en personne, présentera son concert à la Fédération Ukrainienne.

Vendredi, les amateurs de post-punk et de no-wave ne manqueront pas le passage au National de Lydia Lunch, qui pour une rare occasion a reformé son groupe Teenage Jesus & the Jerks. Sinon, les vrais indies rockers écouteront le concert de Yo La Tango et ses 25 ans d'indépendance musicale au Club Soda. Les amateurs de punk déçus par l'annulation du concert de The Homosexuals, pourront s'ouvrir au monde du funk et de la soul, style 70, de Lee Fields. Sur scène, on compare le monsieur aux immortels Al Green et James Brown. L'amateur d'art engagé favorisera, peut-être, le concert de Buffy Sainte-Marie à l'église Saint-Jean-Baptiste.

Samedi soir révèle une programmation digne des ligues majeures pour boulimique compulsif. Le tout commence avec la prestation des grands-pères du krautrock. Faust à la Fédération Ukrainienne. Ensuite, les plus aventuriers ne manqueront pas le rare passage de la gothique sorcière au chant lyrique Diamanda Galás pour un concert d'incantations au piano. Le tout se déroule au Théâtre Outremont. Après coup, si le mélomane n'est toujours pas rassasié, il terminera probablement sa soirée au National pour la prestation d'un des groupes phares du mouvement Tropicalia. Os Mutantes y défendra son plus récent album : Haih.

Photographie de la mystique et inquiétante Diamanda Galás par Kristofer Buckle tirée de la page MySpace de l'artiste.

Add a Comment

Other Cities: Toronto