Monday, September 23, 2019Light Snow -5°C
Music

Boires et déboires à Osheaga

Posted by Phil / August 1, 2010

Jimmy CliffÀ boire : Le soleil au rendez-vous, le passage à la table d'accréditation se fait en douceur. Une longue file d'attente au guichet présage, qu'à sa cinquième édition, Osheaga se révèle rentable finalement et qu'il reviendra en 2011. S'installent le décor et l'ambiance d'une première journée déjà couronnée de succès. Le festivalier s'arme de patience. Beautés, masculines et féminines, foisonnent et resplendissent. Fringuées, nippées stylées, nommez-les. L'ami échappe à la fouille des sacs et faufile en catimini une flasque d'un élixir interdit.

Déboire : Owen Pallett - Sa pop de chambre champ gauche lyrique séduit à merveille dans la noirceur d'une intime salle de concert. À l'extérieur, la faiblesse du son se perd dans la végétation environnante de la scène verte. Edward Sharpe & The Magnetics - Pour les organisateurs et les régisseurs qui préfèrent probablement que le groupe ne joue pas cette dernière chanson alors qu'on leur sonne d'arrêter puisque leur temps écoulé. Tant pis, la foule en redemande. Et le groupe s'exalte.

À boire : Jimmy Cliff - Après une dizaine de prestations plutôt beiges et ternes, Jimmy Cliff foule la scène. Figure emblématique du reggae aux côtés de Bob Marley, le sexagénaire est charismatique, sa voix puissante et claire. La sonorisation impeccable laisse les lignes de basse ronronnées. Il reprend Wild World de Cat Stevens (ou Yusuf Islam) et d'autre succès commerciaux des années 80. Le soleil rayonne. Des odeurs de cannabis flottent dans l'air. Premier moment fort de la journée.

Déboire : Être le seul gars parmi les filles dans la fille d'attente des toilettes alors qu'il y a plusieurs urinoirs de libres. Signe apparent qu'il est mûr pour un numéro deux. Aucune toilette portative autour de la scène verte, ni bar non plus. Léger problème logistique. La flasque de l'ami qui se répand avec fatalité dans son sac. Une chemise qui s'y trouvait s'imbibe et sent le lendemain de vieille. À défaut de pouvoir boire le philtre, tirer une inhalation dans la chemise. Relent d'alcoolisme. Payer cinq dollars pour manger des entrailles de porc transformées pour éviter d'attendre au gentil végétarien.

À boire : Mary-Anne Hobbs - DJette qui, jusqu'à tout récemment, tenait le micro à la BBC. Exploratrice des basses fréquences. Grime, garage, 2-step, dub-step avec sex appeal en plus. Ramenez-la à MUTEK ou au Piknic (un vrai cette fois).

Déboire : Keane - Est-ce qu'il y a vraiment quelqu'un qui écoute ça?

À boire : Le retour de Pavement qui défie la mort et rapplique avec son rock indé profondément ancré dans les années 90. Ludique, indolent, presque flemmard. Un spectateur connaît les paroles de chaque chanson. Il chante à l'unisson avec Stephen Malkmus. Nul doute, il attendait Pavement depuis longtemps.

Déboire : L'idiot qui lance un plein verre de bière au visage de Malkmus.

À boire : The National - Sombre et majestueuse, grandiloquente et grandiose, la troupe menée par la ténébreuse voix aux accents graves de Matt Berninger éblouit une foule qui l'attendait. Rock à l'intensité mesurée, mélancolique, mais dynamique, l'ensemble peuple un univers unique et prouve son originalité manifeste. The National, le violet vous va si bien.

Déboire : Robyn - Arrivée sur scène avec une demi-heure de retard pour finalement pousser quelques hymnes dansants aussi captivants que les déboires de Lindsay Lohan avec la justice.

À boire : The Unsettlers - Groupe locale qui gagne à être connu. Ambiance cabaret et foire de cirque. Influences de Tom Waits, Man Man et autres burlesques. Un fakir sur lequel on lance des dards et un avaleur de sabres pour ajouter au freak show.

À boire : Arcade Fire - Enfants chéris de la foule, exportation musicale montréalaise par excellence, le groupe généreux puisent dans son répertoire n'hésitant pas à piger dans son admirable Funeral. Inutile de chercher de midi à 14h pour comprendre la popularité du groupe. Poignant!

À boire : Ça continue aujourd'hui!The NationalPhotographies par Tim Snow, gracieuseté d'Osheaga.

Discussion

4 Comments

auto floraison graine / March 5, 2014 at 07:52 am
user-pic
WOW exactement ce que je cherchais pour la recherche.
Nous sommes venus ici en recherchant des mots clés graine femelle
miezitang slimming capsules botanical / May 25, 2014 at 05:15 am
user-pic
A friend exaggerates a man''s virtue, an enemy his crimes
miezitang slimming capsules botanical http://atkorablino.ru/language/word/

Add a Comment

Other Cities: Toronto